La route de l'esclave, Petit-Canal

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Carrefour historique, Petit-Canal (en Grande-Terre) n’est pas la ville balnéaire aux plages de sable blanc… non, Petit-Canal c’est une rencontre avec l’histoire, avec le passé de la Guadeloupe et l’esclavage. Elle offre aux visiteurs, aux antillais, au monde, des sites relatifs à l’histoire de l’esclavage qui font partie du programme « La route de l’esclave » initié par l’UNESCO.

En suivant les panneaux, on passe d’abord sur une route entre le port et les marches des esclaves. Le port accueillait les négriers qui débarquaient les africains « kidnappés ». En face, un escalier de pierre, sur lequel figurent les noms des ethnies victimes d’esclavage et qui aurait été bâti par les esclaves eux-mêmes, monte jusqu’à l’église. Quelques ruines en pierre ici et là aux pieds de l’escalier interrogent le visiteur. Aucune explication ne vient déranger cette réflexion, malheureusement. Et un buste de Louis Delgrès trône fièrement. Une plaque (dans son dos et il faut être plutôt grand pour pouvoir la lire…) explique succinctement son combat. Il me faut d’ailleurs visiter le fort qui porte son nom à Saint Claude !

Bref, le lieu est fort de symbolique mais pas assez mis en valeur à mon avis. Seul un panneau explicatif en haut des escaliers donne des informations utiles.

 

 

 

La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal

Plus loin, sur la droite, se trouve la prison dans laquelle auraient été enfermés les esclaves moins dociles à leur arrivée au port. Aucun panneau, aucune explication ne figure sur le site, dommage.

Le bâtiment est petit et il est pris d’assaut par un figuier maudit majestueux. C’est un arbre aux tentacules destructeurs qui a eu raison de la toiture et s’est attaqué aux murs. Il est devenu la prison, il la porte, la soutient, la retient tout en la dévorant à petit feu. Ses racines semblent être de plastique. Irréel, grandiose, impressionnant… les qualificatifs ne manquent pas !

Malheureusement, entre la grandeur de l’arbre et l’absence de récit, le côté historique se perd un peu. L’endroit vaut tout de même le détour.

La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal
La route de l'esclave, Petit-Canal

Publié dans culture

Commenter cet article

Véronique 28/07/2017 21:00

Site très surprenant et intéressant à voir. Dommage qu il n y ai pas plus d explications sur l histoire de cette prison notamment la date de sa construction. A voir absolument !