Cimetières...

Publié le par Raphaëlle Hosteins

Les cimetières guadeloupéens interpellent : les sépultures, souvent recouvertes de motifs en damier noir et blanc, sont plutôt majestueuses. Rien d’étonnant peut-être sur une île où la religion est si importante.

 

Celui de Port-Louis est renommé pour les coquillages (les lambis) qui ornent les tombes. Nous y avons donc fait un tour.

Au-delà de ces belles coques, ce qui peut surprendre, c’est la diversité des sépultures, leur disposition dans le cimetière et bien-sûr, la vue… Bien que les résidents n’en profitent pas, toutes les tombes sont dans l’axe de la mer.

Il est très difficile de circuler à l’intérieur tant les sépultures sont proches, parfois à la limite de se chevaucher. Et les caveaux familiaux, véritables petites chapelles offrant un abri dans lequel les fleurs sont déposées et fermant à clé, côtoient des tombes plus modestes. D’autres sont délimitées par un tour en zinc aux allures de baignoires en fer blanc et certaines ne sont qu’un amas de sable. Toutes ou presque sont fleuries et bien entretenues.

Atmosphère étrange et sereine dans ce lieu de recueillement. Le cimetière marin de Port-Louis est à la fois beau, dépaysant et apaisant.

 

 

 

Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...

Le plus réputé peut-être est celui de Morne-à-l’eau. Il est très grand et les damiers sont superbes. Accroché à la colline, il domine la ville. Certaines chapelles ont même un étage ! Immersion dans la foi au-delà de la mort.

 

 

Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...

 

Dans un style bien différent, ceux de Saint Barth ne sont que blancheur et fleurs. Pas de chapelles ni de tas de sable, seulement des tombes blanches bien rangées et parfaitement entretenues. Un peu comme une vitrine : le cimetière en version luxe mais sobre. Jolie vitrine surtout quand le soleil est de la partie.

 

Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...
Cimetières...

J’ai un regret : ne pas être allée voir les cimetières le soir du 2 novembre. A la Toussaint, les guadeloupéens s’occupent plus encore de leurs sépultures et illuminent les tombes. Un spectacle assurément magique. Malheureusement, j’ai laissé passer l’occasion (et ne l’aurait pas l’année prochaine…). La photo n’est donc pas de moi…

Cimetières...

Publié dans culture

Commenter cet article